• Chroniques

Le bain de glace : oui ou non?

Le bain de glace est ancré dans la culture du hockey depuis plusieurs années. Certains joueurs ne jurent que par cette méthode; d’autres la déteste au plus haut point. Qui devrait-on croire?

Les athlètes de haut niveau vous diront que le bain de glace permet de diminuer les douleurs musculaires et les raideurs post-entraînement. Même s’il s’agit d’une pratique courante, aucune étude scientifique n’a prouvé ses bienfaits.

D’une part, le bain de glace est utilisé lors de la récupération de l’athlète. C’est la portion de l’entraînement où le corps revient au calme. La récupération sert à diminuer le rythme cardiaque et respiratoire, à diminuer la température du corps et permet la resynthèse des stock énergétiques. Les croyances populaires veulent que le bain de glace devrait augmenter la force, diminuer la douleur et permettre un gain de masse musculaire. L’immersion en eau froide permettrait une meilleure adaptation des muscles à l’entraînement.

Toutefois, les évidences scientifiques, contradictoires à ce sujet, concluent que le rationnel n’est pas clair et qu’il n’y a aucune ligne directrice quant à son utilisation. Les conclusions sont basées sur des études de petits échantillons donc des preuves insuffisantes sur l’efficacité. Il n’y a pas de différence dans la force produite ni dans le gain de masse musculaire. Certaines études démontrent même l’effet négatif des bains de glace : diminution des mécanismes d’adaptation secondaires. Un seul effet est démontré : il diminuerait la douleur, comme l’application de la glace.

Finalement, comme les études ne démontrent pas de bénéfices à l’utiliser, les bains de glace ne doivent pas être utilisé automatiquement après chaque entraînement. Il y aurait probablement plus d’effets psychologiques que physiologiques. Une approche globale avec plusieurs technique serait la meilleure pour optimiser la récupération comparativement à une seule technique. Une récupération active, des séances de repos, des séances de massage sur foam roller, une bonne hydratation et une alimentation saine seraient à prioriser.

Un suivi en physiothérapie du sport peut vous permettre de prévenir les blessures tout en adoptant un bon plan de récupération active. Consultez un professionnel certifié, avec une expertise avec les sportifs afin de bien vous encadrer dans votre pratique sportive.

 

Anne-Marie Violette

Diplômée en physiothérapie du sport

Certifiée Bike PT bronze

Réseau Santé 360

200-2480 chemin Sainte-Foy

Québec, Qc

(418) 952-1723

reseausante360.ca

 

 

 

 

 

 

 

Références :

Bleaky, C. et al. (2012). Cold-water immersion (cryotherapy) for preventing and treating muscle soreness after exercise. Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group.

Bleaky, C. et al. (2010). What is the biochemical and physiological rationale for using cold-water immersion in sports recovery? A systematic review. British Journal Sports Medicine. Vol 44(3). P.178-187.

Bieuzen F. et al. (2013). Contrast Water Therapy and Exercice Induced Muscle Damage: A Systematic Review and Meta-Analysis. Plos One.

Costello, J. T. et al. (2015). Whole-body cryotherapy (extreme cold air exposure) for preventing and treating muscle soreness after exercise in adults. Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group.

Crystal N. et al. (2013). Effect of cryotherapy on muscle recovery and inflammation following a bout of damaging exercise. European Journal of Applied Physiology.

Frohlich,M. et al. (2014). Strength training adaptations after cold-water immersion. Journal of Strength and Conditioning Research. Vol 28(9) P.2628-2633.

Glasgow, P.D. et al. (2014). Cold water immersion in the management of delayed-onset muscle soreness : Is dose important? A randomised controlled trial. Physical Therapy in Sport.

Lateef, Fatimah. (2010). Post exercise ice water immersion: Is it a form of active recovery? Journal of Emergency Trauma Shock. Vol 3(3). P. 302.

Roberts, L. et al. (2015). Post‐exercise cold water immersion attenuates acute anabolic signalling and long‐term adaptations in muscle to strength training. The Journal of Physiology.

Sanchez-Urena, B. et al. (2015). Effects of water immersion on recovery from fatigue: a meta-analysis. European Journal of Human Mouvement. Vol 34. P. 1-14.

APPRENEZ-EN PLUS!