• Chroniques

Les parents sont souvent inquiets de constater à quel point leur enfant est « difficile » à l’heure des repas. Les petites portions et le tri sélectif, voire même, l’absence totale de repas au souper, rien pour rassurer les parents. Dès lors, que faire?

Les règles d’or

1. Respectez les signaux de faim et satiété de votre enfant.

Ne l’obligez pas à manger, vous risqueriez de développer un trouble alimentaire, ce qui accentuerait le problème (si problème il y a). Il ne doit pas non plus manger pour vous faire plaisir ou pour obtenir son dessert, mais bien parce qu’il a faim! En résumé, présentez-lui le repas prévu, y inclut le dessert, et laissez le piocher à sa guise. 

2. Offrez à votre enfant un ensemble d’aliments nutritifs

Offrez-lui des aliments nutritifs, mais laissez-lui le choix de ce qu’il consommera, tant au niveau des quantités que de la variété. Certains enfants ne mangent que des légumes à un repas et de la viande au repas suivant. Ceci est tout à fait normal. L’important est que la variété d’aliments soit présente, mais pas forcément au cours d’un seul et même repas. 

3. Ne vous découragez pas!

Restez zen et continuez à offrir à votre enfant les aliments moins appréciés. Votre enfant développe ses goûts et cela peut prendre du temps. Mettez-vous à sa place et imaginez-vous face à une assiette d’aliments complètement inconnus pour vous. Dès lors, mieux vaut éviter tout commentaire, ce qui pourrait décourager votre enfant et transformer l’heure du repas en source de stress. 

4. Laissez-le explorer

Les cinq sens sont votre atout pour développer les goûts de votre enfant. Sentir les aliments, une jolie assiette, manger avec les mains, aider les parents à cuisiner, écouter la cocotte minute, tremper son doigt dans la sauce pour goûter… autant de petits trucs qui aideront les enfants à se familiariser avec de nouveaux aliments. Les règles de bienséances à table devront parfois attendre. À vous de fixer les limites qui vous semblent acceptables. 

5. Maintenez les heures de repas.

Votre enfant doit comprendre que la vie sociale est structurée et qu’il doit s’y adapter ; l’enfant peut très bien être présent à table même s’il ne mange rien. L’idéal est d’offrir trois repas et deux collations, ce qui laissera l’opportunité à l’enfant de mieux combler ses besoins s’il mange moins lors d’un repas.

6. Et si c'était une hypersensibilité sensorielle?

Consultez notre article sur l'hypersensibilité sensorielle (cliquez ici)

7. Vous êtes inquiet en ce qui a trait à la santé de votre enfant?

N’hésitez pas à consulter un médecin. Notre équipe de nutritionnistes est également disponible afin d'effectuer une évaluation nutritionnelle, incluant une analyse alimentaire complète. Pour plus d'information, n'hésitez pas à contactez notre équipe au (419.952.1723).

 

Référence

nospetitsmangeurs. (s.d.). Mon enfant refuse de manger. Consulté le 02 19, 2013, sur nospetitsmangeurs.org: www.nospetitsmangeurs.org/article/comportements-alimentaires

APPRENEZ-EN PLUS!