• Chroniques

L'attachement parent-enfant

On entend beaucoup parler d'attachement parent-enfant. C'est un terme très à la mode. Mais, ça mange quoi en hiver l'attachement? En fait, l'attachement parent-enfant est un lien affectif qui unit un enfant à ses parents ou à une figure parentale substitue. Bref, aux personnes qui s'occupent de lui. 

Comment ce lien se crée-t-il? De façon toute naturelle et positive...la plupart du temps!

Du côté des parents, et surtout de la maman, ce lien si fort et puissant s'établit bien avant la naissance, souvent avant même la grossesse! On désire un enfant, on imagine de quoi il aura l'air, on lui attribue déjà des traits de personnalité, etc. Plus la naissance approche, plus ça devient concret. On connaît le sexe du bébé, on a décoré la chambre, on est prêt à l'accueillir. On est attaché à notre enfant avant même de le connaître! C'est pas peu dire! Mais en même temps que l'on s'attache à notre enfant, on doit aussi apprendre à se détacher de lui. Un bébé n'est pas le prolongement de nous-même, il est une personne distincte et à part entière. Il faut le laisser prendre sa place, faire ses essais et erreurs, explorer. La grande majorité des parents réussissent très bien tout ça, et ça donne des enfants et puis des adultes épanouis et bien avec eux-mêmes et les autres. Parfois, les parents vivent certaines difficultés personnelles prenant trop de place et le lien d'attachement est alors compromis.

L'attachement chez un enfant, ça se joue dans les premiers mois de vie. Un enfant va s'attacher positivement à ses parents si ceux-ci sont présents pour lui (permanence de la figure d'attachement), s'ils sont attentionnés et s'ils décodent bien ses besoins et y répondent, de manière constante et prévisible. C'est une question de confiance envers les adultes. En observant un enfant sécurisé par ses parents, on verra un enfant souriant, qui ne pleure pas pour rien, qui cherche et aime le contact avec les adultes, qui joue et explore son environnement sans insécurité ou anxiété.

Chez l'enfant dont les parents manquent de constance dans les soins et leur disponibilité affective, soit parce qu'ils ont des problèmes de consommation, de santé mentale, d'instabilité, ou autres, on observera des comportements à l'image des soins reçus. Si l'enfant reçoit de la nourriture qu'une fois sur deux lorsqu'il pleure ou s'il demeure de longues heures dans une couche souillée, il se peut qu'il ne sache plus sur quel pied danser. Il ne sait plus si l'adulte censé prendre soin de lui le fera de manière adéquate. Il peut alors cesser de demander des soins et de l'attention parce qu'il est résigné (on parle alors d'évitement), ou bien sembler toujours en panique lorsqu'il a besoin de quelque chose, car il a peur qu'on ne prenne pas bien soin de lui (on parle alors de désorganisation). Il n'a pas confiance, il est insécure. Au delà des soins, l'attachement se joue beaucoup dans la relation. Il y a des enfants qui apprennent tôt que leurs parents ne sont pas de confiance, ils apprennent donc à se débrouiller seuls. D'autres vivent dans un climat d'incertitude constant car la réponse à leurs besoins dépend de l'état de leurs parents. Ils deviennent ambivalents, résistants, car parfois leurs parents sont adéquats, parfois non. Ils veulent faire confiance, mais ont de la difficulté.

Tout ça semble bien compliqué, mais dans les faits, la très grande majorité des enfants n'ont pas de trouble d'attachement. Par contre, chez ceux qui en souffrent, les conséquences à long terme sont graves. On observera des difficultés à être en relation (amitié, amour, collègues, etc.), car la peur de l'abandon, du rejet, de se faire trahir, d'être déçu est trop grande. On verra du sabotage dans les relations, c'est-à-dire provoquer un rejet car c'est trop menaçant de faire confiance. Certaines personnes voleront de la nourriture ou des objets car ils en ont manqué, ça devient un réflexe, une façon de se protéger. Ils seront mal à l'aise avec les marques d'affection, doutant de leur sincérité ou ayant peur que ça ne dure pas.

Quoi qu'il en soit, il est possible d'intervenir avec une personne souffrant d'un trouble de l'attachement pour lui donner une meilleure qualité de vie et lui apprendre à être bien avec les autres. Psychologues et travailleuses sociales peuvent apporter support et conseils pour intervenir adéquatement avec l'enfant ou le jeune souffrant d'un trouble de l'attachement. 

APPRENEZ-EN PLUS!