• Chroniques

Dans la pensée commune, quand nous pensons au Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (ou TDA/H), nous imaginons des enfants peu attentifs, rêveurs, peut-être lents, ou encore turbulents ou agités. Ce sont là deux profils différents qui sont décrits, mais qui sont regroupés sous un même trouble. Il existe en réalité trois formes de TDAH : une forme avec une prédominance d'inattention, une autre où l'hyperactivité et l'impulsivité priment, et enfin une forme mixte alliant à la fois inattention et hyperactivité / impulsivité. Des critères diagnostic sont établis par le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders-V (DSM-V) afin de nous éclairer sur la présence ou non d'un TDA/H. Cependant, cela ne constitue en rien un diagnostic définitif. Il est primordial de consulter un spécialiste de la santé, comme un neuropsychologue, afin d'évaluer les diverses fonctions cognitives de l'enfant avant de se prononcer.

La dyslexie (ou trouble spécifique de la lecture) est un trouble d’apprentissage qui a une origine neurobiologique et héréditaire. Elle est caractérisée par des difficultés au niveau de la précision et/ou de la fluence dans la reconnaissance des mots, l’épellation, ainsi que le décodage des mots. Les difficultés de lecture sont inattendues chez l’enfant ou chez l’adulte, qui possède les compétences intellectuelles et la motivation nécessaire pour être capable de bien lire. Les difficultés sont présentes malgré un apprentissage scolaire adéquat. Bien que la dyslexie ait une origine neurologique et héréditaire, il n’en demeure pas moins que l’environnement joue un rôle majeur dans l’acquissions des habilités de lecture.

Anxiété

L’anxiété, c'est appréhender une difficulté future. Elle peut être positive, en ce sens qu'elle nous incite à mieux nous préparer et améliore notre performance physique ou intellectuelle. Elle a également pour fonction de nous protéger d’un danger potentiel (2).

Vous avez probablement déjà entendu parlé de l’autisme. Pas surprenant, puisque c’est un trouble assez répandu qui touche environ 1% de la population générale. Malgré tout, il est assez ardu de définir exactement en quoi cela consiste, c’est pourquoi nous nous y attarderons dans les prochaines lignes. 

Au Québec, le tiers des aînés vivant à domicile feront une chute au courant de la prochaine année[1]. Les conséquences d’une chute sont variables en fonction des individus. Toutefois, il ne s’agit que d’un accident pour vivre des incapacités à long terme.

Quiconque a déjà vécu une blessure à la main, au poignet ou à l’épaule sait comment il peut être frustrant d’être limité dans ses mouvements. Les mains et les bras forment une structure complexe composée de plus d’une vingtaine de muscles, de tendons, ainsi que 3 nerfs principaux ayant chacun une fonction spécifique. Lorsqu’une blessure importante survient, des services professionnels sont nécessaires pour retrouver la fonction. Il en est de même pour la réadaptation post-chirurgie de la main.

APPRENEZ-EN PLUS!